Insomnie

Quelques mots écrits sur un carnet en pleine nuit

Tête lourde et douloureuse
Tu t’obstines encore à fuir
Cette sombre nuit doucereuse
Dans laquelle il te faudrait t’enfouir

Les battements incessants
De ce cœur blessé
Résonnent obstinément
A mes oreilles fatiguées

Le sommeil m’échappe
Depuis de nombreuses nuits
Les pensées me happent
Dans leurs richesses inouïes

Compter jusqu’à l’infini
Pour espérer les occulter
Afin de sombrer dans l’oubli
Et me sentir enfin apaisée

Ce contenu a été publié dans Vie par Lili. Mettez-le en favori avec son permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *