1. Für Elise – Lettre à Élise

Cette œuvre de Beethoven est celle qui, petite, m’a donné l’envie de jouer du piano.

Mon père me la jouait souvent. Il m’en a appris les premières notes dans les semaines qui ont précédé le début de mon initiation par un professeur de piano, quand je ne devais avoir que 7 ans.
Une anecdote familiale raconte qu’à ma naissance, il a corrigé le titre de sa partition en modifiant les rares lettres nécessaires pour former mon (vrai) prénom.

Je n’ai malheureusement jamais appris le morceau entièrement. Je vous livre donc la première partie de cette œuvre, un des rares enchaînements de notes dont je me souvienne suffisamment, après 10 ans sans pratiquer le piano, pour vous faire patienter le temps d’apprendre ou de ré-apprendre de nouveaux morceaux.

Je dois vous avouer que c’est assez étrange pour moi. C’est la première fois que je m’enregistre (que c’est pratique un piano numérique !) et donc que je m’entends jouer sans que mes doigts ne dansent sur le clavier. Ce n’est pas parfait, mais elle est telle que j’aime la jouer pour me vider la tête.

J’espère que ça vous plaira !

 

La lettre à Élise

 

(J’ai conscience de ne pas vous fournir les billets dans l’ordre chronologique des événements, il me faudra vous présenter mon piano, nouvellement arrivé !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *